Le ministère du travail a publié en début de semaine un kit à destination des entreprises pour ouvrir leur propre CFA, téléchargeable ici.

Sur l’aspect légal, la loi du 5 septembre 2018 “pour la liberté choisir son avenir professionnel ” et ses décrets d’application sont une incitation au développement de la formation interne des entreprises.

Pourquoi ?

1- Les fonds de la formation sont désormais dirigés vers les individus et moins vers les entreprises : alors sachant que le coût pédagogique est divisé par 4 avec la formation interne , la solution s’impose d’elle même !

2- La nouvelle définition de la formation permet de “rendre formel l’informel” : en situation de Travail (AFEST), tutorat, mentorat, etc… autant de moments d’apprentissage interne qui ont désormais une valeur légale. Cette souplesse n’est-elle pas la contrepartie de la baisse des fonds disponibles pour les formations à l’initiative des entreprises ?

3- L’expérimentation de 3 ans qui permet aux entreprises de faire des contrats de professionnalisation pour des certifications “maison” basées sur des référentiels de compétences propres à ses métiers.

4- La libéralisation des CFA : plus d’une entreprise nous a déjà dit envisager de le devenir pour améliorer le recrutement, la formation à leurs métiers spécifiques et obtenir les fonds de l’apprentissage pour leurs “jeunes”.

Comme nous l’avions anticipé et analysé, le contexte socio-économique et la réforme confirment la tendance au développement de la formation interne. C’est pour toutes ces raisons que nous avons créé PRODEFI il y a un an : Pour apporter toutes les solutions pour la formation interne des entreprises, “de la formation de formateur à la gestion de l’école interne”